"Rien n’est voilé qui ne sera dévoilé" Lc 12,2

"Méfiez-vous du levain des pharisiens, c’est-à-dire de leur hypocrisie. Tout ce qui est couvert d’un voile sera dévoilé, tout ce qui est caché sera connu." Lc 12,2

Les pharisiens se voilent, au sens propre et au sens figuré. Passés maîtres dans l’art de soigner
les apparences, ils se dissimulent sous de longs vêtements. Ils honorent Dieu avec les lèvres
mais leur cœur est loin de lui, caché derrière des rituels de purification.

Jésus veut faire tomber ces masques de perfection, de protection. Il nous invite à lui ouvrir notre coeur là où nous sommes fragiles. Loin de condamner les pharisiens, il se lamente devant leur dureté de cœur.

Cette fermeture du cœur est peut-être l’expression d’une peur originelle : J’ai eu peur et je me suis caché Gn 3,10.

JPG - 11.9 ko

Au psaume 43, 16, il est dit : « La honte de mon visage m’a couvert d’un voile » et en Jérémie 3, 25, Origène trouve : « Notre déshonneur nous a couvert d’un voile".

Medjugorje, 18 mars 2013 : "Par l’amour qu’il a montré sur la croix, mon Fils vous a donné la possibilité que tout vous soit pardonné, afin que vous n’ayez pas à avoir honte, ni à vous cacher. Aussi, mes enfants, réconciliez-vous avec le Père Céleste, ouvrez vos coeurs à son amour, afin de commencer à vous aimer vous-mêmes comme mon Fils vous aime. Quand vous commencerez à vous aimer vous-mêmes, vous aimerez les autres, vous verrez en eux mon Fils et vous reconnaîtrez la grandeur de son amour."

Le dévoilement comme un regard d’amour qui vient faire la lumière sur nos vies...

JPG - 12.5 ko

Pensons au regard de Jésus sur le jeune homme riche, Matthieu, Zachée, le fils perdu ; au "dévoilement" de la situation de la Samaritaine...

Le diable aussi utilise le dévoilement ; mais il nous accuse et instille la peur en nos cœurs.

Marcel Van : "Vraiment Jésus, quand je me trouve sous les yeux du monde, je ne sais que craindre et avoir honte, tandis que sous ton regard, je me sens libre, joyeux et je retrouve tout mon naturel".

"Frères, elle est vivante, la parole de Dieu, énergique et plus coupante qu’une épée à deux tranchants ; elle va jusqu’au point de partage de l’âme et de l’esprit, des jointures et des moelles ; elle juge des intentions et des pensées du coeur. Pas une créature n’échappe à ses yeux, tout est nu devant elle, soumis à son regard ; nous aurons à lui rendre des comptes. En Jésus, le Fils de Dieu, nous avons le grand prêtre par excellence, celui qui a traversé les cieux ; tenons donc ferme l’affirmation de notre foi. En effet, nous n’avons pas un grand prêtre incapable de compatir à nos faiblesses, mais un grand prêtre éprouvé en toutes choses, à notre ressemblance, excepté le péché. Avançons-nous donc avec assurance vers le Trône de la grâce, pour obtenir miséricorde et recevoir, en temps voulu, la grâce de son secours". He 4,12-16

"Ne craignez donc pas ces gens-là ; rien n’est voilé qui ne sera dévoilé,
rien n’est caché qui ne sera connu." Mt 10,26

Chez Matthieu ce verset est cité dans le contexte des persécutions que les chrétiens
vivront lors de l’annonce du Royaume. Ces derniers peuvent "dévorer" le corps, mais non l’âme.

Dans le "voile" de notre honte nous sèmerons l’amour dans le coeur de ceux qui nous persécutent. "Rusés comme des serpents, simples comme des colombes" Mt 10,16, nous pourrons écraser la tête du serpent avec notre "corps" - la partie animale de l’âme selon Mme Guyon - et être lumière pour les autres.

Tâche ardue s’il en est, mais la "confiance nous conduira à l’Amour".

L’abandon à Dieu ouvrira des portes dans notre âme, et tels des passe-murailles / vases communicants, nous franchirons les frontières de l’invisible.

Madame Guyon à Fénelon : "Il y a en votre âme deux parties qui font bande à part : l’une, inconnue, est dévorée par l’inconnu de Dieu ; et l’autre, purement animale, fait les fonctions d’une bête, ou plutôt elle a des attitudes d’enfant" qui servent à dissimuler la divinisation du fond.
"Il faut être girouette pour se laisser mouvoir à tous les vents du Saint-Esprit...".
In Catherine Millot, La Vie parfaite, Gallimard, p.68-69.

"Ô Père, délivrez, sauvez maintenant votre France ; préparez le coeur de ses enfants à la mission qu’ils vont avoir à accomplir pour elle, pour toutes les autres nations, pour l’Eglise tout entière." Marthe Robin

JPG - 8.4 ko

"Aux yeux des hommes, il devait être pécheur. Il a assumé le mode d’existence des hommes pécheurs au point de se rendre méconnaissable". D. Bonhoeffer

L’esprit parlera en nous Mt 10,20. Dans le silence et l’abnégation, nous parlerons un langage nouveau Mc 16,17, celui du Silence amoureux.

"Le cœur est un tout petit récipient, mais toutes choses se trouvent contenues en lui." St Macaire d’Egype

"A moi sont les cieux et à moi est la terre, et à moi sont les peuples ; les justes sont à moi et à moi les pécheurs ; les anges sont à moi et la Mère de Dieu est à moi et toutes les choses sont à moi, et Dieu même est à moi et pour moi, parce que le Christ est à moi et tout entier pour moi ." Jean de la Croix

Le corps est peut-être le vêtement (de noces), le cœur de Jésus en nous ;
l’esprit le cœur douloureux et immaculé de Marie.

Passer des ténèbres à la lumière : La Croix, 21 avril 2020

JPG - 199 ko

Ouvrons nos coeurs avec confiance à l’Esprit d’amour.
Il mettra en lumière nos zones d’ombre, nos blessures enfouies.

Si nous consentons au deuil de notre image idéale, nous recevrons le vêtement de noces,
le coeur de Jésus vivant dans notre coeur.

L’oeil de notre coeur sera dans la lumière Mt 6,22. Dans cet amour, nous nous verrons comme Dieu nous voit, sans jugement ni peur. Nous aimerons les autres comme Dieu nous aime, même ceux qui nous ont offensés.

Se prononcer pour Dieu devant les hommes, c’est laisser vivre sa Parole d’amour en nous.
Devenir lumière auprès des coeurs enténébrés.

« Epargne-moi les remords de Judas, rentrant en lui-même pour ne plus en sortir, épouvanté et désespéré devant son péché. Accorde-moi le repentir de Pierre, rencontrant le silence de ton regard plein de tendresse et de pitié. » Saint Augustin

JPG - 85.3 ko