"Rendez à Dieu ce qui est à Dieu" (talents)

César et Dieu : deux conceptions du pouvoir. César gouverne le temporel, Dieu doit régner dans notre cœur.

C’est notre coeur avec ses imperfections et ses maladies, que Jésus nous demande de lui donner.

« Offrons-lui et donnons-lui nos cœurs, comme il nous donne le sien. Offrons-nous avec lui,
qu’il nous consume entièrement dans le feu d’amour de son Coeur ». St Jean Eudes

N’ayons pas peur de livrer notre coeur à son Amour, comme le bois s’efface pour devenir feu. Ainsi nous pourrons dire : "Ce n’est plus moi qui vis..." L’image de Dieu sera gravée en nous, sa Flamme brillera dans nos profondeurs. Notre âme appartiendra à Dieu Rm 8,9, reposera en Lui (st Augustin) ; elle sera marquée de son sceau.

La pauvre veuve n’a pas pris de son superflu ; elle a livré son coeur, cette pièce d’argent que Dieu veut transformer selon sa ressemblance Lc 20,25.

La pauvre veuve représente peut-être l’Eglise de la fin des temps, confrontée à "l’enlèvement de l’Epoux"

Privée de la charité du Christ, de ses trésors spirituels, elle lui rendra son coeur, un coeur pauvre et vide, semblable "au vase vide qui attend qu’on le remplisse, à l’affamé qui aspire à sa nourriture, à l’homme suspendu en l’air qui manque de tout appui. Tel est l’état de l’âme embrasée d’amour".st Jean de la Croix

Et il l’introduira dans une union encore plus profonde, pour que nous soyons des justes
unis à la Justice de son Fils, à la Vigne véritable : heureux les pauvres en esprit, le Royaume est à eux.

JPG - 37.8 ko
JPG - 61.3 ko

Quand bien même nous aurions perdu le pied qui nous donne de l’assurance comme Jacob Mt 5,30,
la main qui sert à accumuler les bonnes actions comme le jeune homme riche, il nous resterait un coeur pauvre.

La parabole des talents... encore une histoire d’argent... d’abandon et de mort à soi-même.

JPG - 7.9 ko

« L’âme rend à son Bien-aimé la même lumière et la même chaleur qu’elle a reçues de lui, parce que, comme elle est ici une même chose avec lui, elle est en quelque façon Dieu par participation... Ainsi elle donne Dieu à Dieu même, en Dieu. »
Jean de la Croix, VF 3,6

Les deux premiers serviteurs vivent de la Vie de Dieu et portent un fruit qui demeure : la charité. Ils ont mis leur argent à la banque de l’abandon :

"Ta Thérèse ne se trouve pas dans les hauteurs en ce moment, mais Jésus lui apprend à tirer profit de tout, du bien et du mal qu’il trouve en soi. Il lui apprend à jouer à la banque de l’amour, ou plutôt non il joue pour elle sans lui dire comment il s’y prend car cela est son affaire et non pas celle de Thérèse, ce qui la regarde c’est de s’abandonner,
de se livrer sans rien se réserver, pas même la jouissance de savoir combien la banque lui rapporte. » LT 222

JPG - 39.1 ko

Le départ du Christ représente le veuvage de l’Eglise, la mort du grain de blé. Après avoir consenti au vide de l’amour agapè, nous recevrons une gloire égale. Nous serons capacité d’amour.

"Une fois, je m’étonnais de ce que le Bon Dieu ne donne pas une gloire égale dans le Ciel à tous les élus, et j’avais peur que tous ne soient pas heureux. Alors Pauline me dit d’aller chercher le grand verre à papa et de le mettre à côté de mon tout petit dé, puis, de les remplir d’eau, ensuite elle me demanda lequel était le plus plein. Je lui dis qu’ils étaient aussi pleins l’un que l’autre et qu’il était impossible de mettre plus d’eau qu’ils n’en pouvaient contenir. Pauline me fit comprendre qu’au Ciel le Bon Dieu donnerait à ses élus autant de gloire qu’ils en pourraient contenir et qu’’ainsi le dernier n’aurait rien à envier au premier." Ms A,19

Notre souffrance est féconde pour le monde. Les villes reçues en gestion sont peut-être les âmes enfantées par notre souffrance Lc 19,17. N’oublions pas que le départ du Christ coïncide avec la disparition de l’Eglise et l’avènement de son règne dans les coeurs.

Le 3è n’accueille pas le don de l’amour : tout ce qui est à moi est à toi. Son action est vaine, coupée du Cep.
Sa fermeture - peur représente le péché contre l’Esprit Saint. Pourtant il était le plus avantagé ; le maître
connaissait son coeur, savait qu’il n’était qu’un petit dé. A qui l’on a bcp donné, on demandera davantage.

Celui qui n’a pas le talent se fera enlevé même ce qu’il a ; ses bonnes actions, sa piété, les personnes qu’il aime.

JPG - 44.1 ko

"L’amour ne se paie que par l’amour."

"Aimer (agapè) c’est tout donner et se donner (livrer) soi-même."