"Mineur" comme saint François

François a voulu que ses frères se fassent appelés frères mineurs, désignant ainsi la vocation qui était la leur : être le plus petit, renoncer à tout pouvoir qui feraient d’eux des « majores ».

JPG - 18.9 ko

D’Henri Nouwen : "Si Dieu naît comme un petit bébé, Dieu ne peut marcher ou parler à moins que quelqu’un ne le lui enseigne. C’est l’histoire de Jésus, qui a besoin des êtres humains pour grandir. Le Dieu qui nous aime est un Dieu qui se fait vulnérable, dépendant dans la crèche et dépendant sur la croix, un Dieu qui nous dit, en somme : « Es-tu là pour moi ? ». Dieu devient un Dieu qui trébuche, qui tombe à l’heure de la croix, qui meurt pour nous, et qui a totalement besoin d’amour. Dieu fait cela pour que nous puissions nous approcher."

Lorsque des brigands viennent spolier les frères, François demande de leur apporter du bon pain et du bon vin. Alors qu’un animal ou une personne humaine terrifie son entourage, il ose aller pacifiquement à sa rencontre. Même en plein conflit géopolitique,
sa visite improbable au sultan se réalise de façon amicale.

JPG - 63.2 ko

L’envoi des disciples en Mt 9,5-12 fut déterminant dans sa vocation :
"Ne prenez ni besace, ni tunique de rechange..."

La pauvreté évangélique n’est pas que matérielle, elle est surtout spirituelle et intérieure.
Se délester de nos préjugés, de nos critères d’une vie bonne, pour accueillir l’autre comme il est.
La fraternité est plus importante que les idées.

Etre petit comme le grain de blé enfoui sous la terre, comme Jonas dans le ventre de la baleine...

JPG - 12.9 ko

"Le Royaume de Dieu est ainsi : une réalité humainement petite et apparemment sans importance. Pour en faire partie, il faut être pauvre de coeur, ne pas mettre notre confiance dans nos propres capacités, mais dans la puissance de l’amour de Dieu ; ne pas agir pour être importants aux yeux du monde, mais précieux aux yeux de Dieu, qui a un amour de prédilection pour les simples et les humbles. Lorsque nous vivons ainsi, la force du Christ fait irruption en nous, et elle transforme ce qui est petit et modeste dans une réalité qui fait fermenter toute la masse du monde et de l’histoire".
Angélus 14/06/15

JPG - 155.6 ko

André Daigneault, Le prêtre du 3è millénaire : un prêtre au coeur transpercé. PP. 138-139

JPG - 136 ko
JPG - 115.5 ko